Publié le

Rencontre avec Mathieu de Taleming – des histoires à lire qui font grandir

Interview :  Mathieu, fondateur de Taleming

Mathieu Genelle a lancé son tout nouveau projet Taleming – des histoires à lire qui font grandir – à recevoir chaque semaine par email ou à écouter en podcast.  Aujourd’hui il a accepté de répondre à notre interview, il nous parle de son formidable projet, de son rapport à l’écriture et de son enfance. 

1/ Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et sur ton projet Taleming ?
Parisien depuis presque 15 ans et beau-père depuis presque 4 ans. J’ai bossé en agence de communication digitale pendant 13 ans. J’ai eu envie d’un projet dont la vision n’allait pas changer au gré des changements d’interlocuteur. Je ne pouvais l’avoir qu’en me lançant. J’avais envie de rester sur le net parce que c’est mon élément. Je racontais à mes enfants des histoires que j’improvisais, ils aimaient bien ça. Alors je me suis dit qu’il y avait peut-être un truc à faire : lancer le Netflix des histoires à lire / raconter pour les 6 – 10 ans.

 

2/ Comment en es-tu venu à écrire pour les enfants ?
Grâce à Alice et Martin. Je leur ai proposé un jeu : ils me donnaient un thème le matin et j’improvisais une histoire dans la journée (bon par moment ça me prenait un peu plus de temps). Ils ont adhéré. On a continué quelques temps avec une certaine (ir)régularité .

 

3/ Tes histoires mêlent fantastique et poésie, d’où te vient toute cette inspiration ?
Je ne les trouve pas forcément poétique, mais c’est gentil. Mon inspiration vient sans doute de tous les dessins animés / anime japonais, les BDs / Mangas / Comics que j’ai avalé et que je continue à dévorer. Cela vient aussi d’un truc qui a changé un truc en moi il y quelques années : les cours d’improvisation. Lâcher prise, se laisser porter par son idée et accepter où elle nous mène je crois que c’est surtout ça la clé de mon inspiration.

 

4/ On peut comparer tes petites histoires à des contes pour enfants. Pourtant tu restes très loin du cliché “princesse à sauver”, peux-tu nous expliquer cela ?
Sans doute parce que dans toutes mes explorations je n’ai pas encore croisé le chemin d’une princesse à sauver. Et puis je crois que je préfère raconter des morceaux de vie d’enfants ou de personnages imaginaires, ça m’amuse beaucoup.

 

 

 

5/ Penses-tu qu’il faut garder son âme d’enfant pour écrire pour eux ?
Si garder son âme d’enfant c’est accepter de partir dans de chouettes aventures sans trop se poser de question : alors oui. Mais cela va de paire avec la nécessité de prendre du recul sur son histoire, tailler les mots, ajuster le rythme pour qu’elle puisse bien fonctionner.

6/ Si tu pouvais avoir un pouvoir magique lequel choisirais-tu ?
La téléportation. C’est quand même super cool de pouvoir se rendre où l’on veut, quand on veut. Mais le pouvoir de s’habiller tout seul, sans même y penser c’est quand même aussi très utile. Je crois que je suis en face d’un dilemme.

7/ Chaque histoire est accompagnée d’une illustration, peux-tu nous dire qui se cache derrière ces jolis dessins ?
Kness ! Il faut la suivre sur Instagram ou Facebook ! Ce que je préfère c’est lui soumettre mes idées et attendre le résultat : c’est toujours une surprise et c’est un de mes petits kiffes hebdomadaire..

 

 

 

8/ As-tu d’autres projets en cours ?
Plein avec Taleming ! Mais je préfère parler des trucs quand ils sont sortis. A côté, j’ai un projet de roman. J’espère finir le manuscrit pour le début de l’année prochaine.

 

 

En savoir plus sur Taleming et écoutez le podcast:
https://taleming.com/