Publié par

Mini Matisse

RECYCLAGE ARTY

Cher Parent,
Vous auriez voulu être un artiiiiiiiiiiiste ?
Ce mercredi, initiez-vous en famille à l’art de la forme grâce à notre petit atelier pour apprendre à recycler comme Matisse !
Bon recyclage-collage.

 

LA PETITE HISTOIRE

« J’aurais aimé être lui » _ Andy Warhol.

Tous les peintres du XXe siècles ont été confronté à son génie.
Henri Matisse est né le 31 décembre 1869 dans le nord de la France. Ses parents étaient commerçants et sa mère peintre amateur. Rien ne le destinait à devenir peintre et il commença d’ailleurs sa vie professionnelle, comme clerc de notaire. Mais à l’âge de 20 ans, il eut une terrible crise d’appendicite qui l’obligea à rester dans sa chambre. Pour ne pas qu’il s’ennuit, sa mère lui offre alors une petite boîte de peinture. C’est à ce moment-là qu’il découvre l’art et le plaisir de peindre.

Matisse décide de s’inscrire à l’école de dessin textile Quentin de la Tour, puis aux Beaux Arts à Paris dans l’atelier de Gustave Moreau. L’enseignant encourage ses élèves à penser et rêver leur peinture; Il les invite à développer leur individualité.

Il découvrir d’abord l’impressionnisme, il peint des natures mortes et gagne sa vie comme peintre décorateur pour les théâtres.

Mais la Première Guerre Mondiale éclate et Matisse doit fuir la capitale pour le sud de la France.
Vient alors le temps du fauvisme, des voyage et des couleurs. C’est une nouvelle façon de peindre, la couleur est utilisé sans mélange et de manière pure. Du violet, du bleu qui s’opposent au rouge ou au vert. À l’époque cela a choqué ! Mais par la suite, de nombreux peintres ont repris cette technique comme Georges Braque ou André Derain.
En 1905, Matisse expose à Paris et c’est à partir de là qu’il devient célèbre dans le monde entier !

Il expose désormais avec Picasso qui devient son ami mais aussi son rival. Son travail se fait autour de la variation et de la répétition d’un même motif comme dans sa célèbre toile « La gerbe ».

La seconde guerre mondiale éclate, Matisse tombe malade et les médecins lui diagnostiquent un cancer. Il reste la plupart du temps au lit et se déplace en fauteuil roulant. Perdant en dextérité, les papiers découpés sont la suite de son travail, les formes sont simples, les couleurs sont tranchantes, les formes sont dansantes. « Nu bleu », « l’escargot »… il produira énormément de collages et aimait dire « qu’il dessinait avec des ciseaux« , et dans ce petit atelier nous allons faire comme lui !

Il ne s’arrêtera pour autant jamais de dessiner avant de prononcer un « ça ira » lors de son dernier dessin la veille de sa mort en 1954.

 

 

✔ des vieux magazines
✔ 
2 petites boîtes en carton pour faire les dés ou à défaut du carton pour en fabriquer
✔  de la peinture (6 couleurs)
✔  de la colle
✔  des paires de ciseaux adaptés à l’âge de ou des enfant(s)
✔ une règle et un crayon
✔ une grande feuille (nous avons utilisé un format raison 50X65cm)

 

Si vous avez une tonne de vieux magazines qui trainent au grenier, dans l’espoir de leurs trouver une utilité, vous allez être comblé·e·s ! Nous allons jouer avec les formes et les couleurs: Il vous suffit de réaliser deux dés et 6 formes en cartons en vous inspirant de l’œuvre de Matisse.
Voici quelques exemples de formes simples et de couleurs pures :

 

Que vous ayez un seul ou plusieurs enfants, tout le monde peut jouer, même vous ! Il suffit de lancer les deux dés (celui de la couleur et celui des formes) , puis de retrouver la bonne couleur dans les magazines, de découper la forme, et de la coller sur une feuille. Ainsi, tout comme Matisse et dans la continuité du fauvisme, vous pourrez voir une œuvre se créer sous vos yeux ébahis.

 

1.  Commencez par construire vos dés.
Sur un morceau de carton, ou directement sur les dés. Peignez 6 couleurs sur un dés (une sur chaque face) et dessinez 6 formes (une sur chaque face), puis reproduisez les formes en plus grand sur le carton, elle vous serviront de modèles pour la découpe dans les magazines.

 

 

2.Le jeu peut commencer !
Votre enfant n’a plus qu’à lancer les dés. Couleurs, formes, peu importe le premier… une fois lancés, il devra trouver la bonne couleur et reproduire la forme afin de la découper et de la couper. (Pour les plus petits, un peu d’aide peut être nécessaire, pour faciliter le jeu, vous pouvez en amont préparer un peu le terrain en déchirant les pages de magazines correspondant aux couleurs sur le dés).

 

Vous pouvez soit coller directement les formes sur la feuilles ou tous en même temps pour faire une belle composition. Vous pourrez alors lui expliquer qu’il·elle peut, tout comme Matisse, jouer sur la répétition et l’opposition de couleur en composant son collage.

 

Recevez plein d’autres petits ateliers tous les mercredis !!

JE M’ABONNE !